Méthodologie et approche pour les actions

Méthodologie

DES ATELIERS DE MISE À NIVEAU D’INFORMATION ET DE FORMATION

Dans le cadre d’un renforcement de la commune dans son rôle de maîtrise d’ouvrage, il est important pour celle-ci avant tout de se doter d’une panoplie d’outils qui faciliterait et améliorerait la qualité de décision.

La qualité et le type d’information disponible constituent le premier des éléments nécessaires pour que l’administration locale développe une expertise en matière de planning et de gestion du développement local.

C’est pourquoi l’accompagnement des communes durant les ateliers contient une très grande partie de mise à niveau d’information et de formation. Les cadres supérieurs, dans l’administration, ainsi que toutes les ressources humaines locales qui maîtrisent bien certains domaines de la politique sectorielle sont invité à intervenir comme personnes ressources durant les ateliers.

Il est toutefois important de souligner que les informations et en particulier que les thèmes de formation soient issues d’une démarche inductive fruit d’une réflexion commune avec les bénéficiaires et non d’une nécessité de « technocrate ».

L’expression la plus évidente est celle d’expliquer un canevas prédéfini sans faire comprendre le « pourquoi » et le « comment » des différentes rubriques incluses. De même le risque de cet atelier pour le maire est de vouloir uniquement s’enquérir des « directives » sans comprendre que le but principal est celui « d’assurer de la pérennisation et de l’appropriation de ces infrastructures »

Il faut tenir compte que le contexte ne s’apprête pas facilement à cette démarche compte tenu que souvent le terrain ne crée pas toujours l’habitude aux véritables débats d’idées, à procéder de manière participative, c’est-à-dire à donner un sens à l’engagement individuel et/ou collectif, à prendre vraiment conscience de l’ampleur du problème de la gestion du système d’AEP (Adduction d’Eau Potable) dans la Commune.

DÉFINIR DES MODES OPÉRATOIRES CONCERTÉS

C’est pourquoi, les différents ateliers sont une occasion pour contribuer grandement à rétablir une culture de concertation entre les services décentralisés, la commune, les associations d’usagers, les opérateurs privés autour des problèmes soulevés par les usagers. La vision de base repose sur un respect profond des pouvoirs et mandats des collectivités locales, tout en incitant ces autorités, les organisations de la société civile, les opérateurs privés, à se définir des modes de collaboration participatifs et efficaces. Ce cadre de concertation devront aboutir à définir des modes opératoires concertés pour gérer l’ensemble des ouvrages d’approvisionnement en eau.

Il s’agira notamment de définir :

1. Les modalités de gestion technique :

Tâches des opérateurs villageois et des techniciens locaux,rôle du secteur privé local,rôle de la commune en tant que garant de bonne gouvernance…

2. Les modalités organisationnelles et structurelles:

Mandats comités d’usagers et des collectifs d’usagers (intercommunalité), contractualisation de ces mandats pour le compte de la commune comme maître d’ouvrage légal, lignes de communication, de contrôle et d’appui…

3. Les modalités financières :

Coût de l’eau, modalités de recouvrement, règlement des arriérés et non-payeurs, implication de la commune, supervision des comptes, modalités d’épargne /crédit éventuelles pour grosses réparations…

Les débats sont enrichis par des exposés théoriques et de terrain, des analyses professionnelles et vulgarisatrices. Des engagements des différentes parties sont pris par une traduction dans des actions concrètes.

Situation des villages

avant le projet

Les travaux

sur terrain

Hygiène et

assainissement

Problématiques rencontrés

durant les projets